Expositions Le-Grand-Hornu Agenda Éducation/animations collections Infos-pratiques abcdefghijklmnopqrstuvwxyz

Nature Morte/Nature Vivante

dimanche 24 novembre > dimanche 08 mars 2020

DATES
Du 24 novembre 2019 au 08 mars 2020
LIEUX

VERNISSAGE
Samedi 23 novembre à 18h
VERNISSAGE DES ENFANTS
Samedi 23 novembre à 17h
réservations : 
+32 (0)65 61 39 02
reservations@grand-hornu.be
Share

Ce que nous observons, ce nest pas la nature elle-même, mais la nature exposée à notre méthode de questionnement. 
- Werner Heisenberg


La langue française utilise l’expression nature morte pour désigner ce domaine de la peinture qui aborde la nature d’une manière sensuelle et qui souvent induit une référence moralisante à la vanité humaine et au caractère éphémère de toute chose. C’est précisément cette vanité humaine qui aujourd’hui semble favoriser l’impermanence de la nature. L’exposition thématique Nature morte/Nature vivante au CID - centre d’innovation et de design au Grand-Hornu (Belgique) - tente d’interroger la relation entre l’homme et la nature, entre le sujet et l’objet au travers du design, de l’art et de l’architecture.

L’exposition veut attirer l’attention sur les comportements humains qui révèlent la fragilité de l’équilibre entre l’homme et la nature. On peut imaginer la probabilité d’une persistance de la nature dans ses diverses formes, de la matière vivante aux actions plus ou moins importantes d’extériorisation des éléments qui la composent. Ce que nous considérons matière morte ou inerte relève en définitive du concept de « temps ». Sur terre/dans la nature, chaque état de la matière est un instantané dans un long processus évolutif. Le charbon est une étape de la matière organique, la pierre en est une autre. Quand nous brûlons du bois, nous accélérons le processus de transformation. Nous pouvons intervenir sur des processus naturels sans nécessité, indépendamment de toute considération fonctionnelle ou esthétique, ou en dehors de toute cupidité.

Avec Nature morte/Nature vivante, nous voulons marquer une étape dans cette réflexion et questionner les processus ; nous voulons mettre au jour ces lignes de pensée qui interrogent les interventions humaines, les travaux d’esprits créatifs qui nous font réfléchir à notre condition d’observateur en tenant compte des éléments naturels.

L’idée que rien n’est figé mais que tout change continuellement -même lentement- doit nous faire réfléchir à l’importance de nos interventions sur le processus naturel pour l’avenir de notre environnement.

Beaucoup d’artistes, de designers envisagent les éléments naturels de différents points de vue et critiquent les actions inconsidérées qui entraînent des conséquences catastrophiques. Parfois activistes, parfois poètes…

Dans l’exposition seront abordés des thèmes tels que la distinction entre les matières (matières premières, matières naturelles utilisées à des fins de recherche, matières périssables ou variables, etc.), ou les changements de formes…

La vie est la propriété des organismes qui, parmi d’autres, ont au moins celle de pouvoir se reproduire.

Nature morte/Still life : la mort ou le silence ?

Nourrir la matière morte avec la matière vivante : ce processus doit pouvoir se poursuivre…

La contradiction Nature morte/Nature vivante dans le titre de l’exposition présentée dans le site minier historique de Grand-Hornu évoque la dualité de l’homme dans ses rapports avec la nature. À travers l’exploitation de la matière première charbon en pleine révolution industrielle, le Grand-Hornu symbolisait le développement d’un laboratoire technologique, social et humain. Cela entraînait une relation problématique entre l’homme et la nature et l’impact humain sur l’environnement se réduisait à un résultat économique et politique.

Quand devons-nous considérer de la matière vivante comme de la matière morte et vice-versa ?

Nature morte/Nature vivante montre que ce rapport ambigu entre les deux peut être tout à la fois pernicieux et inspirant.

En collaboration avec des designers, des artistes et des architectes, cette exposition thématique révèle une recherche intense et un processus d’élaboration de projets qui interrogent la connexion entre tradition et culture locale et la relation entre les gens et les objets. Les artistes participants se caractérisent par leur recherche matérielle expérimentale, dans laquelle le travail oscille entre l’écologie, l’esthétique, la critique et la création artistique.

Nature morte/Nature vivante se déploie elle-même comme un processus narratif dans lequel les objets quotidiens, les objets de design, les vidéos, les installations et les interventions in situ spécifiques engagent un dialogue sur la manière de se situer vis-à-vis de l’objet naturel et de l’objet produit par l’homme.



Serial Eater

dimanche 29 mars 2020 > dimanche 26 juillet 2020

Centre d'innovation et de design au Grand-Hornu
Expositions 2018
Together ! Halte à la croissance! Benoît Deneufbourg
Expositions en cours
Hors pistes Design orienté verre
Expositions à venir
L’air du design Nature Morte/Nature Vivante Serial Eater
fr nl en
MAC'S Press Corner Partenaires Newsletter Facebook